13 signes précoces du lupus que vous devez connaître

La Lupus Foundation of America a recensé environ 1,5 million d’Américains atteints de lupus, et statistiquement, neuf sur dix sont des femmes. Cette maladie auto-immune est considérée comme hautement imprévisible par les experts et les patients.

Mallory Dixon est une jeune et déterminée patiente atteinte de lupus (29 ans). Elle convient également que cette maladie ne peut être décrite car elle est très imprévisible.

Comme elle l’explique, le lupus peut toucher n’importe qui ; elle ne connaît pas la race, l’âge ou la préférence ethnique. Les patients éprouvent des symptômes plus ou moins graves et, le plus souvent, ils ne peuvent pas les expliquer.

Le premier diagnostic de Mallory était la polyarthrite rhumatoïde. Après six ans, cependant, elle a commencé à ressentir de nombreux autres symptômes, et on lui a diagnostiqué un lupus. Au bout de deux ans, Mallory était dans un état terrible et ne pouvait même plus respirer, elle a donc dû se faire soigner.

Mallory explique que la nuit précédant son arrivée à l’hôpital, elle pensait qu’elle allait mourir et avait même peur d’aller se coucher.

En effet, lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital, elle est morte, mais les médecins l’ont ramenée à la vie. Pendant les 86 jours où elle est restée alitée, elle est tombée dans le coma, a été branchée à un ventilateur, a reçu une chimiothérapie et a subi des dialyses. Ce n’est que plus tard que les médecins ont découvert que la cause de ces symptômes était le lupus, qui s’était propagé à ses reins.

Son objectif est d’informer les femmes sur les symptômes du lupus, car une détection précoce de cette maladie peut empêcher sa propagation aux reins, au cerveau, au cœur et à d’autres organes.

Les signes d’alerte du lupus et son impact sur la vie

L’éducateur sanitaire national de la Lupus Foundation of America explique que le premier symptôme du lupus est une fatigue débilitante. Voici les autres symptômes du lupus, dit-elle :

Des plaies dans la bouche ou le nez
Coagulation anormale du sang.
Lividité des doigts ou bleuissement dû au froid.
Une éruption en forme de papillon sur le nez et les joues (autrefois, cette éruption rappelait aux médecins une morsure de loup, c’est pourquoi ils lui ont donné le nom de “lupus”, qui signifie “loup” en latin)
Maux de tête
une fatigue importante
articulations douloureuses ou enflées
Anémie
Fièvre
Douleurs thoraciques lors de respirations profondes
Gonflement des bras, des jambes, des pieds et/ou du contour des yeux
Perte de cheveux
Sensibilité à la lumière ou au soleil
Stothers ajoute que si certaines personnes ont l’air normal, elles peuvent avoir d’énormes difficultés à accomplir les tâches les plus mineures. Ces personnes peuvent se sentir très mal, alors que d’autres peuvent dire qu’elles ont l’air parfaitement normales. C’est pourquoi le lupus est souvent une maladie qui isole.

Le lupus est souvent confondu avec les maladies auto-immunes et hormonales car ses symptômes imitent les maladies cardiaques, osseuses, musculaires ou pulmonaires, ainsi que la maladie de Lyme, la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, le diabète et les troubles sanguins.

Mallory dit que la seule maladie qui court dans sa famille est le psoriasis, une maladie auto-immune. Et c’est très important. Étant donné que de nombreux patients atteints de lupus sont diagnostiqués par erreur avec une autre maladie auto-immune, si vous avez des antécédents familiaux ou si vous avez été diagnostiqué avec la maladie, vous devez être prudent. Vous pourrez ainsi éviter une exacerbation soudaine de la maladie.

Les maladies auto-immunes les plus courantes sont les maladies inflammatoires de l’intestin, le diabète de type 1, la maladie d’Addison, la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite réactive, la maladie de Hashimoto, le vitiligo, la maladie de Graves, la maladie cœliaque, la sclérodermie et le syndrome de Sjögren.

Causes

Stothers explique que bien que le lupus ait une composante génétique, cela ne signifie pas qu’une personne développera nécessairement la maladie. Les hormones, en particulier les œstrogènes, et l’environnement jouent également un rôle important.

Selon Mme Stothers, le lupus est généralement diagnostiqué chez les femmes à l’âge le plus fertile, soit entre 15 et 44 ans. Elle ajoute que les hormones sont en constante évolution pendant la grossesse et après l’accouchement, de sorte que de nombreuses femmes sont diagnostiquées pendant ces périodes de la vie. Cependant, elle a eu des patientes atteintes de lupus âgées de 70 à 80 ans.

Soutien

Bien que la plupart des personnes atteintes de lupus puissent mener une vie heureuse et productive, elles doivent surveiller leurs symptômes de très près pour rester en bonne santé. Nous vivons dans un monde très actif, il peut donc être assez difficile de garder la conscience de soi, car ces personnes doivent apporter des changements à leur mode de vie. C’est le cas de Mallory, qui a quitté sa carrière pour travailler pour la Fondation du lupus.

Elle explique que chaque patient atteint de lupus doit identifier ses propres déclencheurs de poussées, qui peuvent être légères, modérées ou graves. Bien que les prestataires de soins de santé comme Mme Stothers apportent un soutien émotionnel à leurs patients, le soutien de leurs proches ne suffit pas.

Facebook Comments